Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 février 2010 2 23 /02 /février /2010 19:44

" ils sont de l'assistance "

avait-on coutume de dire dans le petit village !

Qui donc ?

Mais les enfants placés dans les familles ;

Ah ! Les familles dites " d'accueil" ?

Certes non car si le mot "famille" était usité le qualificatif "accueil" était inconnu .

Prendre des enfants de l'assistance était une façon d'augmenter ses revenus ,

Alors "on ne plaçait pas ses amitiés sur eux "

Cantonnaient ces dames……..

Alors chaque gosse avait ses tâches dans la maison ,

Ma voisine s'appelait Augustine .

C'était une veuve d'un âge avancé ,

Le chignon gris égayait quelque peu les austères vêtements noirs,

Elle n'était pas commode et , lorsque je la voyais , je changeais de trottoir.

Par contre j'étais copain avec Ghuislaine .

C'était "la fille de l'assistance " placée chez Augustine .

Une grande du "certificat" alors que moi je sortais à peine de la maternelle ,

Je l'attendais chaque matin et nous cheminions vers l'école .

Le soir nous faisions le chemin inverse ,

Je rentrais chez moi retrouver ma maman

Augustine l'attendait dans la cour

Elle saisissait le cartable d'une main et lui tendait la longe de la vache de l'autre

L'enfant menait la vache au pacage ;

Pendant que le bovin broutait , Ghuislaine mordait tantôt dans le quignon de pain tantôt dans la barre de chocolat,

Mon goûter avalé je la rejoignais alors dans le pré afin de continuer la conversation ,

Une fois la vache repue Ghuislaine la rentrait à l'étable où le ruminant ruminait .

Parfois j'osais franchir le seuil de la maison d'Augustine ,

L'édredon rouge tranchait sur les draps blancs du lit poussé dans un coin de la cuisine ,

Augustine y dormait !

Ghuislaine se contentait d'une soupente en haut de l'escalier !

Elle passait rarement à la maison !

Augustine n'aimait pas cela !

Mes parents si !

Qui lui offraient un morceau de brioche ,

Nous étions très pauvres mais il y avait toujours une sucrerie pour Ghuislaine

Et puis un jour Ghislaine été placée ailleurs !

Nous avons déménagé dans le même temps à la recherche de travail .

C'était il y a bien longtemps ..........

Mais je revois toujours la robe blanche parsemée de coquelicots rouges que Ghislaine portait l'été ;

L'hiver , son manteau austère et sans ton s'agrémentait d'un petit bonnet "tête de chat"

C'est à partir de cette époque que j'ai pris conscience du rôle irremplaçable d'une maman ,

Mes parents étaient ma seule famille et je compris alors , que sans eux , je serais comme Ghuislaine

Et c'est depuis cette époque que "les roses blanches " de berthe sylva me font toujours pleurer.

Partager cet article

Repost 0
Published by daniel françois
commenter cet article

commentaires

marie-do 25/02/2010 07:48


Bonjour, petit frère,

Ils étaient de l'Assistance, petit frère, ces enfants-là, et ils le seront toujours, parce que cela se traine comme un boulet... Cela vous colle à la peau...
Je suis, petit frère, une de ces enfants-là, une de ces enfants que l'on a placée en famille " d'accueil ", et ces gosses-là étaient des " parias, bons a rien, tout juste bons à ramasser les
pires s...." que les autres ne faisaient sous aucun prétexte...

L'on était juste des enfants de l'Assistance, mais nous ne l'avions pas demandés....

Merci, petit frère, pour cet émouvant témoignage et pour  la chaleur que tu offrais, ainsi que tes parents, à cette petite fille...
Ils ignorent, leurs bonheurs, ceux qui ont pére  et mére, crois-moi, parce que je sais de quoi je parle... Je vais écrire un article sur cela, sur le blog perso aujourd'hui...

Merci de me montrer ce qui doit être dit...

Petit frère, sois béni pour cette affection que tu laisses, et que tu me laisses...Je mettrais ton article en lien avec  le mien...

je t'embrasse 

En toute affection fraternelle et spirituelle, 
en union de prières, 
ta eptite soeur en christ, 
Marie-do  


anne laure 24/02/2010 09:20


bonjour Daniel François
une histoire très émouvante que tu nous raconte là, nous avons tous connus
 un jour dans notre vie ces enfants sans père ni mère.
Enfants nous ne réalisons pas assez le BONHEUR que d'avoir un foyer d'amour, une chambre et un lit douillet, une maman qui nous calines etc.... pour certains de nos jours ils veulent plus et encore
plus et toujours plus, sans prendre cas que des enfants n'ont pas le centième de leurs vies, mais surtout la chance d'avoir UNE FAMILLE, une vraie famille.
N'ayant plus mes parents, cela me manque beaucoup, imaginons ceux qui sont sans racines, inconnus, abandonnés, avec leurs histoires bonnes ou mauvaises, heureux ou malheureux, bien traités ou mal
traités, choyés ou violés, et la liste est longue............ Merci que de temps en temps cette réalité vienne ébranler nos coeurs, mais dans chaques histoires n'oublions pas qu'il y 'a un Dieu
Père et que lui seul saura donné sa récompense et son amour.
Bonne journée petit frère en Christ amitié fraternelle anne laure


daniel françois 24/02/2010 09:42


ce que tu écris est véridique !

je le sais pour le vivre au sein de ma famille ; "on ne vous a rien demandé " nous dit-on parfois .....

tu as apporté la conclusion que j'avais oubliée à savoir l'action de Dieu ; c'est peu de temps après que j'ai commencé à ressentir les frémissements divins à la sortie de l'enfance ; il y eu certes
un long cheminement

pourquoi cette histoire me remonte t-elle dans le coeur ?
et bien je crois que le Seigneur veut me montrer qu'Il était toujours en mon âme :
" avant ta conception connaissais déjà "
et puis c'est une action de grâce car j'ai pû vivre aux côtés de ma maman jusque l'année dernière . Elle est partie il y a juste un an ces jours-ci ! alors coïncidence ? je ne le crois pas ! ce que
je crois par contre c'est que Le Seigneur m'a gâté en me laissant mes parents aussi longtemps ; c'est une bénédiction alors merci Seigneur pour tout et notamment pour ton passage sur mon blog

fraternellement en Christ - daniel -


Dolorès 23/02/2010 20:36


Bonsoir Daniel,

Elle est très touchante ton histoire...

Sûr que cela ne doit pas être facile de changer de famille d'accueil pour une enfant de l'assistance.

Avoir ses propres parents, est un grand trésor..., et tu l'as compris.

Les souvenirs peuvent parfois faire monter les larmes...

Bonne soirée, Daniel. Fraternellement. Dolorès.


Présentation

  • : danifranceblog
  • : une bande de joyeux chrétiens
  • Contact

Recherche